Antoinette Fouque, la mort d'une pionnière de l'émancipation féminine - Idées - Télérama.fr


Antoinette Fouque, la mort d'une pionnière de l'émancipation féminine - Idées - Télérama.fr

De l'éducation à la psychanalyse

Antoinette Fouque (www.telerama.fr/idees/antoinette-fouque-la-mort-d-une-pionniere-de-l-emancipation-feminine,109016.php) rencontre le fondateur du lacanisme dans les années 60. Avec son directeur de thèse Roland Barthes, la jeune femme obtient un DEA. L'étudiante fréquente la théoricienne Monique Wittig au même moment. Antoinette Fouque a exercé la profession d'enseignante après des études universitaires en Lettres. Etiez-vous au courant ? C’est elle qui a lancé le groupe Psychanalyse et Politique, l'un des courants du Mouvement de libération des femmes, le MLF.

Antoinette Fouque, du Mouvement de libération des femmes à l’Alliance des femmes pour la démocratie

Antoinette Fouque et les autres militantes font le choix d'enregistrer le MLF avec le statut d’une association, nous sommes à ce moment à la fin de la décennie 70. Pour prévenir une récupération politique, le sigle MLF a été déposé. Antoinette Fouque quitte le MLF lorsqu'elle s'envole pour les Etats-Unis au début de la décennie 80. Le MLF est à ce moment victime de luttes intestines et a de moins en moins d'influence.

Antoinette Fouque, la mère de la féminologie

En 2013, elle dirige la rédaction du livre "Le dictionnaire universelle des créatrices", lequel rend hommage aux femmes qui ont fait avancé le monde depuis quarante siècles. Antoinette Fouque nourrit une véritable répulsion pour les "-isme", qui renvoient à une idéologie. Elle fait alors naître le terme "féminologie". La théoricienne n'était pas tout à fait sur la même ligne que la philosophe Simone de Beauvoir et son concept du 2e sexe. Dans les pages de trois essais, Antoinette Fouque décritce qu'elle appelle la féminologie.

Antoinette Fouque et Les Editions des femmes

Les librairies lancées par Antoinette Fouque restent ouvertes jusqu'à minuit, il s'agit d'endroits d’échanges où les livres et journaux demeurent à la disposition de tous. Elle fonde sa maison d'édition, Les Editions des femmes en 1973. Les Librairies des femmes ouvrent à la même époque. Toute la littérature féminine de l’époque est proposée dans sa première librairie à Saint-Germain-des-Prés. Le public a pu connaître de nombreuses auteures grâce à la maison d’édition d’Antoinette Fouque, qui met en avant des centaines de livres consacrés à la réflexion des femmes.