Antoinette Fouque - Les éditions des femmes


Antoinette Fouque - Les éditions des femmes

Une figure et des mouvements féministes

Elle fait partie des militantes qui ont fondé le MLF. A la fin de la décennie soixante-dix, Antoinette Fouque et d'autres activistes choisissent d'enregistrer le MLF comme une association. Au début des années 80, Antoinette Fouque s'installe aux USA et s'éloigne du MLF. Le mouvement, à ce moment en proie à des luttes internes, a de moins en moins d'adhérentes.

Antoinette Fouque, de Marseille à Paris

C'est dans un quartier populaire de la cité phocéenne que se déroule son enfance. Antoinette Fouque étudie dans un premier temps en région PACA avant de rejoindre La Sorbonne. La Marseillaise se marie alors qu’elle est à l'université. De son enfance passée dans un quartier populaire, elle conservera jusqu'à sa mort un fort enracinement politique à gauche. En 1964, Antoinette Fouque donne naissance à son premier enfant, elle est à ce moment confrontée aux difficultés qu’une femme rencontre quand elle assume ses mission de femme et de mère tout en exerçant une profession en parallèle.

A la fin des années 60, Antoinette Fouque suit les formations de Jacques Lacan. Après des études supérieures en Lettres, la jeune femme a exercé la profession d'enseignante. Antoinette Fouque oeuvre avec plusieurs maisons d'édition en parallèle à l'enseignement.

Evidemment, Antoinette Fouque a participé à plusieurs livres collectifs comme "Génération MLF 1968-2008" ou "Mémoire de femme 1974-2004". "Le dictionnaire universel des créatrices" parait en 2013, il raconte 40 siècles de création des femmes. Antoinette Fouque explique la féminologie dans 3 ouvrages publiés entre 1989 et 2012..

Antoinette Fouque et Les Editions des femmes

Les librairies lancées par Antoinette Fouque ouvrent leurs portes jusqu'à minuit, il s'agit d'endroits de rencontres. Totalisant plus de six cents livres voués à la pensée des femmes, la maison d’édition d’Antoinette Fouque aide de multiples auteurs à sortir de l'anonymat. Les livres dont les auteurs sont des femmes sont présentés dans sa première boutique dans le 6e arrondissement de Paris.